La nouvelle «normalité» de la construction

Processus d'affaires

La nouvelle «normalité» de la construction

par Guillaume Roy

Il faut toujours un élément déclencheur afin que de grands changements surviennent. 

Article

Il y a bientôt dix ans que je travaille dans le domaine de la construction et que j’implante les toutes dernières technologies en entreprise. Pour ce faire, je peux compter sur une super équipe, dont je suis tellement fier. 

L’industrie complète de la construction est une passion viscérale. Je m’intéresse à ses tendances, à son évolution, à ses vulnérabilités et à ses forces. Je m’attarde particulièrement aux modèles d’affaires pouvant être propulsés par la technologie et les méthodes de travail modernes. 

Depuis les quatre dernières années, je parcours le pays et les États-Unis pour écouter les enjeux des entrepreneurs, comprendre leurs bloquants, analyser leurs besoins et implanter des solutions qui rapportent réellement de la valeur. 

Ce sont ces expériences et les rétroactions des entrepreneurs qui m’ont poussées à mettre sur pied ma conférence : S’adapter ou disparaître : comment les technologies transformeront l’industrie de la construction ? Dans cette conférence, je dresse un portrait de la situation et expose les raisons pour lesquelles j’anticipe une révolution technologique et robotique majeure dans l’industrie de la construction et ailleurs. Je parle des tendances économiques, des changements de modèles d’affaires, des données (DATA), des objets connectés (IoT), de l’intelligence artificielle, de l’impression 3D et de la robotisation de nos chantiers. Je présente comment l’industrie sera impactée et surtout j’offre des pistes de solutions, afin de nous adapter aux changements. 

Je n’ai évidemment pas toujours raison et parfois je m’adonne à émettre des prédictions un peu trop «bold» ou «futuristes» pour certains. Je mentionne entre autres que, depuis plusieurs années, 70% des entreprises ne passeront pas à travers la révolution numérique. Malheureusement, cette statistique tend à se confirmer.

La crise actuelle est sans précédent; vous le savez aussi bien que moi. Il faut toujours un élément déclencheur afin que de grands changements surviennent.

Aujourd’hui, si je vous dis que vous devez être en mesure de gérer votre entreprise à partir de votre téléphone cellulaire; de centraliser toutes les données de votre entreprise; de pouvoir travailler de la maison; ou encore de numériser et automatiser vos opérations, je ne suis soudainement plus un extra-terrestre. Les mentalités ont changé à la vitesse grand V dans les dernières semaines. 

Je veux maintenant vous partager ma vision sur ce qui n’était pas «normal» dans la construction et qui le deviendra. Les propos de ce texte se reflètent dans mon discours quotidien auprès de mes clients et dans mes conférences. Ce n’est pas nouveau, mais je crois que ces informations résonneront différemment, maintenant que tout le monde est confronté à cette même réalité.

Coûts

Je ne vous apprends rien en vous disant que la récession est bel et bien amorcée. Il existe des dizaines de facteurs qui annoncent une augmentation des coûts de construction, notamment: 

  • La réorganisation du travail;
  • La matière première plus dispendieuse;
  • Le taux de change en notre défaveur;
  • Le moins grand volume de commandes, 
  • etc. 

La crise infligera inévitablement de nouvelles exigences desquelles vous devrez vous conformer. Ainsi, vous devrez connaître vos coûts en temps réel pour être en mesure de vous ajuster. Ces données vous permettront de devenir agile et flexible. 

Le contexte de récession actuel occasionnera deux fortes tendances : 

  1. Une intense course à la transformation numérique; 
  2. Une augmentation du partage des ressources. 

Sélectionner les bons outils technologiques, créer une culture d’innovation, automatiser ses processus sont les trois piliers d’une transformation numérique. Les premières entreprises, à prendre ce virage, couperont l’herbe sous les pieds de tous les autres compétiteurs de leur secteur d’activités. Il faut le voir comme une courbe exponentielle d’un graphique; Les premiers de l’industrie seront exponentiellement plus efficaces dans les prochaines années.

Volvo, Hilti, Hitachi et autres géants de ce monde investissent déjà des centaines de millions et même des milliards en innovation; ceci afin de mettre à jour leurs outils avec les technologies les plus récentes. L’objectif derrière est de capter les données en vue de rendre possible la robotisation, les véhicules autonomes, l’intelligence artificielle et le partage des données avec d’autres outils technologiques novateurs tel que Doxel.ai. En effet, toutes les données recueillies vous offriront d’innombrables possibilités comme la maintenance préventive ou l’automatisation des rapports d’avancement de chantier. Ces géants savent que l’industrie doit se diriger vers la numérisation et la traçabilité complète des chantiers. Ils influencent déjà les directions que prendra l’industrie pour être en mesure de vendre leurs produits. Vos systèmes doivent s’adapter à cette nouvelle réalité.

À titre d’exemple, pour une plateforme web de partage de ressources comme BizBiz Share, l’avenir est très encourageant et même suivant la période de crise. Le tout s’explique par les coûts d’entreposage, de matériel inutilisé, d’outils inactifs, de matière première à acheter sans volume, de personnel irrégulier et de transport des matériaux et des produits qui augmenteront grandement. Ainsi, le partage deviendra une décision d’affaires évidente. La traçabilité aura d’ailleurs un grand rôle à jouer dans l’amélioration de services de partage. 

Traçabilité

La traçabilité est nécessaire pour l’optimisation des opérations. La traçabilité est de connaître les actions de vos employés, là où ils performent ou non; de connaître la performance de tous les cycles de production, de manutention ou d’assemblage; d’avoir un registre exact de vos équipements, de vos outils ou de votre machinerie sur sa localisation ou ses entretiens; d’avoir la certitude que le matériel utilisé respecte les spécifications au plan. 

En cumulant ces données de façon centralisée, il est possible d’analyser ce qui s’est produit dans le passé pour mieux prédire l’avenir. Par exemple, lors de l’estimation, il sera possible de prévoir combien coûtera un projet dans un contexte précis.

La traçabilité du matériel et du personnel n’est pas une lubie, au contraire. Plusieurs entrepreneurs n’en sont pas conscients, mais il y a une course à la captation de données par la connectivité (IoT) qui s’opère actuellement. Les entreprises qui veulent en tirer profit devront inévitablement intégrer la robotisation et l’intelligence artificielle dans leurs usines et leurs chantiers. La seule manière pour une machine de performer est d’apprendre du monde réel. 

Par ailleurs, les normes de sécurité des différents paliers gouvernementaux, des promoteurs privés et des prêteurs seront de plus en plus sévères sur les chantiers et dans les usines. Vous devrez montrer patte blanche; vous devrez être en mesure de savoir si les gens ont enfreint les règles. Seul un registre numérique sera acceptable à partir de maintenant, car les déplacements physiques seront limités.

Préfabrication

La tendance à la préfabrication, que nous observions déjà chez les grands joueurs, sera dorénavant la norme. Les chantiers deviendront uniquement des sites d’assemblage. Il s’agit-là d’une suite logique. 

Aujourd’hui il est impensable de fabriquer des solives de toit ou des fenêtres au chantier comme dans les années 50. Nous voyons maintenant la construction de murs préfabriqués, autant dans le résidentiel que dans le commercial. Les maisons sont aussi préfabriquées. Bientôt, il sera inconcevable de construire des unités de condo directement au chantier. Vous verrez des unités préfabriquées sous forme de bloc Lego s’assembler sur place. Vous aurez accès à des imprimantes 3D pour fabriquer les matériaux selon les directives obtenues en temps réel directement du chantier. 

La captation de données fiables est fondamentale pour comprendre l’importance de la préfabrication. D’abord, d’un point de vue purement technique, les capteurs connectés (IoT) sont beaucoup plus performants dans un environnement contrôlé. D’autre part, la segmentation des tâches par zone de travail, l’utilisation de machinerie et l’assistance robotisée permettent l’enregistrement de beaucoup plus de données qu’il est possible d’imaginer sur chantier. 

La centralisation de données à haute valeur rendra possible l’apprentissage d’algorithmes d’intelligence artificielle, la robotisation des procédés dans un environnement sécuritaire et l’automatisation des processus de séquences précises. Bref, votre chaîne de valeur sera impactée en totalité particulièrement au moment d’estimer les travaux; de projeter les marges de fin de projet; de prévoir l’approvisionnement en matériel; de respecter les coûts  optimiser les opérations; de faciliter la gestion logistique; d’améliorer le contrôle qualité, puis de diminuer le temps de gestion de projet.

Plusieurs grands entrepreneurs généraux du pays font cette transition actuellement. Il faut que nos entrepreneurs généraux du Québec emboîtent le pas.

Méthode de travail

Le travail à distance, pour plusieurs, métiers deviendra la norme. 

La crise actuelle donne un coup de hache dans les méthodes traditionnelles des entreprises. Il ne s’agit pas d’un simple changement de logiciels, mais d’une nouvelle manière de faire les affaires. Il s’agit de la raison d’être de Blackware Technologies.

J’anticipe que les nouvelles normes, quant aux rapports financiers, aux rapports de chantier et aux paiements, exigées par le gouvernement et les grands prêteurs obligeront le numérique. Au point tel que plusieurs entreprises ne pourront plus rencontrer certains critères ou exigences pour soumissionner. Les «passes passes» précédemment rendues possibles par la manipulation des rapports papier et des transactions en argent n’auront pas d’avenir.

La numérisation des actes professionnels comme les contrats, les certificats locatifs ou les hypothèques, deviendront obligatoires. Les normes gouvernementales et des grands prêteurs l’obligeront pour obtenir un meilleur contrôle. La circulation de l’argent liquide étant déconseillée par les différents paliers gouvernementaux, le même phénomène surviendra avec les dossiers papier. Vous connaissez les «smart contracts» disponibles sur différentes applications. Bientôt, les actifs eux-mêmes pourraient être gérés sur une application utilisant la technologie du Blockchain… Et s’il y a un bon moment pour que cela commence, c’est bien maintenant.

Interconnexion des systèmes

L’interconnexion des systèmes est inévitable. Elle a déjà lieu dans plusieurs autres industries.

Voici ce qui deviendra la norme : l’interconnexion des logiciels pour la centralisation des données; l’interconnexion des équipements; l’interconnexion des systèmes entre fournisseur et client pour connaître les prix et les délais de livraison en temps réel; l’interconnexion entre les systèmes des fournisseurs, distributeurs, fabricants, installateurs, architectes, entrepreneurs généraux et promoteurs pour assurer la coordination des projets.

Cette interconnexion est bénéfique pour une meilleure visualisation des projets, une communication entre les parties prenantes, une automatisation des transferts d’informations et une prédiction des problématiques.

Imaginer si vous étiez en mesure d’obtenir les directives en temps réel dans votre système; de connaître les changements de date d’installation en raison d’un problème signalé par une équipe de sous-contractant; d’obtenir les produits exacts des soumissions budgétaires que vous obtenez; de savoir les disponibilités et les prix des produits des catalogues des distributeurs; d’apprendre que les spécifications au plan sont bien respectées et plus encore. Le cycle complet de la construction en serait grandement amélioré. 

Je m’abstiens de parler du BIM dans cet article. Nous aurons la chance de faire d’autres articles dédiés à ce sujet. Si vous ne connaissez pas le BIM, je vous invite à lire sur le sujet. Vous constaterez que la question de l’interconnexion est primordiale.

Bref

Cette crise dépasse évidemment l’industrie de la construction. Le monde dans lequel nous vivons ne sera plus le même. Les changements majeurs auxquels nous assistons ne disparaîtront pas sitôt la crise terminée. Nous verrons assurément un accélérateur pour l’adoption d’outils technologiques, un virage vers une culture d’innovation et une transformation des méthodes de travail. Je crois qu’il s’agit d’une évidence. 

Je ne détiens assurément pas la vérité absolue. Je ne lis clairement pas dans une boule de cristal. Mon équipe et moi-même sommes d’ailleurs aussi vulnérables que vous tous. Je crois toutefois que le passé nous dicte le futur : l’industrie complète de la construction est en transformation depuis longtemps.

Beaucoup ne passeront pas à travers ces moments difficiles. Nous sommes persuadés que la seule chance de survie passe par l’optimisation de toutes les facettes du cycle transactionnel des entreprises, par la transformation numérique. Nous voyons déjà la créativité, la débrouillardise et la détermination de plusieurs entrepreneurs. Sans grande surprise,  il sera donc important de soutenir une industrie tel que la construction qui génère autant de revenus pour le PIB de l’Amérique du Nord.

Guillaume Roy

GuillaumeRoy

Président

« Pour BWT, chaque matin débute par la motivation de changer la manière dont les affaires se font, dans le monde. »

Force

Sa capacité à mener à terme sa vision de l’entreprise du futur.

BOLD DANS VOS MAIL


En lien avec cet article, Nous vous suggérons également ...

+

La gestion de projet 3.0

+

Processus d'affaires

Le plan technologique, la base

+

Processus d'affaires

Parlons transformation numérique